Pour une dépénalisation de l'euthanasie en France: l'inspiration venue du Benelux


CARTE BLANCHE : Pour une dépénalisation de l'euthanasie en France: l'inspiration venue du Benelux

« On continue de terriblement mal mourir en France, déplorent cinq citoyens français, candidats de Europe Écologie Les Verts (EELV). Pendant ce temps, cela va faire, ou fait, bientôt 20 ans que la Belgique, les Pays-Bas, et 12 ans que le Luxembourg disposent de lois permettant de choisir sa fin de vie dans la dignité »


« Les gouvernements passent, les déclarations d'intention s'enchaînent, la société civile poursuit inlassablement le combat, et pourtant on continue de terriblement mal mourir en France (...)


Trahison des engagements, reculades, manque de courage, obstruction parlementaire, non prise de responsabilités, refus ou désintérêts de connaître les bonnes pratiques existantes à travers l'Europe et en particulier ici au Benelux. Ça commence à faire lourd (...)


On constate également que le gouvernement Macron-Castex freine des quatre fers, comme l'on relevé plusieurs articles de presse, pour que cette proposition n'aboutisse pas. Le ministre de la santé Olivier Véran souhaite lui plutôt mettre la priorité sur le développement des soins palliatifs, il est vrai bien anémiques en France, mais dont la philosophie s'oppose notoirement à une dépénalisation de l'euthanasie dans ce pays.


Quant au député de la circonscription des Français·es du Benelux, Pieyre-Alexandre Anglade, il n'a répondu à aucune de nos sollicitations via Tweet (voir ci dessous) sur le sujet, alors que sa circonscription comporte trois pays ayant dépénalisé l'euthanasie! ». Il a eu ensuite bon dos de signer une tribune rassemblant 270 députés sur la fin de vie le 3 avril, 5 jours seulement avant l'examen de ce projet de loi.


On attendrait d'un-e député-e issu-e d’une famille politique “libérale”, et d’une circonscription dont les trois pays d’accueil sont parmi les plus avancés au monde en matière de fin de vie dans la dignité, qu'elle-il soit un minimum au fait de cet enjeu central de société, et plus certainement qu'elle-il y joue un rôle moteur en faisant partager l'expérience de deux décennies de pratiques au BENELUX! Mais rien de cela, le député Anglade préfère suivre la voix de son leader et ne "pas sortir de la ligne".


Premier tweet envoyé le 22 mars


Second tweet envoyé le 25 mars

Troisième tweet envoyé le 31 mars


7 ans après l'organisation de la conférence "Pour une fin de vie digne en France Partage de l'expérience belge", à l'ULB en présence de Jacqueline Herremans, présidente de l'ADMD-Belgique, Philippe Mahoux, sénateur belge Jean-Luc Romero, Conseiller régional, Président de l'ADMD-France, Sandrine Rousseau, Conseillère régionale Nord-Pas de Calais, nous avons pris la plume avec mes collègues Frédéric Supiot, Léa Charlet, Catherine Libeaut et Alexandre Chateau-ducos EELV en Belgique Eelv Hors de France


Finalement, le débat et le combat doivent continuer, n'hésitez pas à rejoindre l'Association pour le Droit de Mourir dans la Dignité qui milite pour que chaque Française et chaque Français puisse choisir les conditions de sa propre fin de vie.


A noter aussi l'existence d'une association sœur ici en Belgique, ADMD Belgique qui milite pour faire respecter les droits du patient reconnus par la loi du 22 août 2002.

À l'affiche
Posts récents
Me suivre sur
  • Facebook Long Shadow
  • Twitter Long Shadow
  • YouTube Long Shadow
  • Instagram Long Shadow
Mes blogs préférés
Par tags