Retour sur la première commémoration - 6.04.1946 - de la rafle de la Colonie d’Izieu du 6 avril 1944

Une commémoration qui a pu mettre en lumière une évolution importante de la mémoriographie de la Maison d'Izieu faisant suite à une démarche très innovante de recherche et de collecte d'archives.


Le mardi 6 avril 2021, à partir de 10h nous avons pu suivre en ligne la Commémoration de la rafle du 6 avril 1944 1944 des 44 enfants juifs d’Izieu et leurs 7 éducateurs. Ils et elles ont été arrêtés sur ordre de la Gestapo de Lyon le 6 avril 1944 au matin et déportés à Auschwitz-Birkenau.

Sur une note plus personnelle, cela fait longtemps, très longtemps, que je n’ai pas été à Izieu un “6 avril au matin”. Date qui correspond au début de printemps que j’aime tant passer dans cette région, et qui a une connotation si particulière à Izieu…

Cette année la Maison d'Izieu, mémorial des enfants juifs exterminés souhaite rendre hommage à toutes les personnes et collectivités qui se sont mobilisées lors de la première journée du souvenir qui a eu lieu le 7 avril 1946 à Izieu et Brégnier-Cordon. Elle avait réunies plus de 3.000 personnes des villages avoisinants, de la région, mais aussi des officiels venus de loin, tel que le ministre communiste des victimes de guerre Laurent Casanova, le Juste et célèbre Père Chaillet, fondateur des cahiers du Témoignage chrétien, ou encore Salomon Poliakoff tout juste nommé grand rabbin de Lyon venu de Genève. A noter que L’archevêque de Belley s’était lui fait excuser.

L’ensemble de ces détails sont forts justement rassemblés dans un article de M le magazine du Monde de ce week-end écrit par Richard Schittly.

Il y écrit que “le musée-mémorial d’Izieu, dans l’Ain, a lancé un appel à témoins pour reconstituer la toute première commémoration de la rafle des enfants juifs, datant du 7 avril 1946. « Nous venons de retrouver un habitant de l’Isère qui était venu jouer dans la fanfare officielle, il avait 10 ans à l’époque. La mémoire collective est vivante, elle s’entretient chaque jour. Un souvenir ou un document anecdotique en apparence peut révéler beaucoup de choses. Cette cérémonie nous délivre des renseignements précieux », explique Dominique Vidaud, directeur de la Maison d’Izieu, inaugurée sur les lieux de la tragédie, le 24 avril 1994, par François Mitterrand. Depuis, Izieu est devenu un site politiquement sensible.”

J’en avais fait plusieurs fois la publicité, la maison d’Izieu a initié une démarche exceptionnelle de mémoire collective et participative, en lançant un grand appel à témoins pour rechercher des traces de cette cérémonie de 1946. Et elle a porté ses fruits.

Comme l’explique Richard Schittly : "Après l’appel à témoins, l’actuel sous-préfet de Belley a eu l’idée d’aller fouiller dans les sous-sols de sa résidence de fonction. Il a trouvé le dossier entier du comité d’organisation de la commémoration d’avril 1946, miraculeusement préservé. Une mine d’or. Il permet de retracer la minutieuse préparation de la journée, pour laquelle des bus étaient affrétés et de multiples invitations officielles lancées.” Ces avancées mémorielle, issues d’une démarche très innovante, permettent aujourd’hui de relire l’histoire de cette même mémoire, en particulier sur le faite que la communauté juive a été très tôt associé à la première commémoration publique, du fait de l’invitation et de la présence du grand rabbin de Lyon: “Sa lettre, en réponse à l’invitation du comité, révèle que la communauté juive a été très tôt associée à la mémoire d’Izieu, contrairement à l’idée qui s’était installée au moment du procès Barbie, en 1987, à Lyon.”

Richard Schittly ajoute : “A l’époque du procès Barbie en 1987, Théo Klein, président du Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF), se reprochait « un péché d’oubli » à l’égard des enfants d’Izieu. Le souvenir incomplet de la cérémonie a propagé l’idée que l’appartenance juive des innocentes victimes aurait été délibérément gommée de la plaque inaugurée le 7 avril 1946, comme pour atténuer une mauvaise conscience locale. Or les documents référencent les 771 donateurs de la souscription lancée dès 1945 pour financer cette plaque, posée sur la maison, et le monument érigé sur la route d’accès, à Brégnier-Cordon.”


Autant d'éléments rapportés avec force de détails par les Maires d'Izieu et de Bréginier-Cordon - Denis Martin-Barbaz et Thierry Vergain - lors de cette cérémonie exceptionnelle à maints égards: "3000 personnes qui ont répondu présent à l'initiative de Sabine Zlatin (...) De nombreuses personnalités se sont mobilisées pour rendre possible cette première cérémonie, les représentants de l'Etat, le Préfet Léon Blanchard, le sous Préfet Jean Cardot, les élus locaux, les Maires de Brégnier-Cordon et d'izieu, Pierre Cotin et Henri Tissot, et également l'engagement de la population qui a répondu massivement à la souscription publique pour la réalisation de la stèle de Brégnier-Cordon et la plaque sur la Maison d'Izieu portant les noms des enfants et des éducateurs déportés. En 1946 très peu de commémoration d'une telle ampleur ont eu lieu pour rendre hommage à des enfants et adultes juifs. L’élévation de cette stèle et de la plaque commémorative gravée du non des 44 enfants et de leurs 7 éducateurs sur la Maison d'Izieu sont rendus possible grâce aux quelques 771 donateurs, dont 635 du département de l'Ain; 33 communes dont Brégnier-Cordon, Izieu, Murs et Gélinieux, Peyrieu pour n’en citer que quelques unes (...) Plus de 3000 personnes venues de tout le département mais pas que. La voiture individuelle n'est pas à l'époque le moyen de transport le plus partagé. 8 lignes d'autocars, 20 services allé-retours pour assister seul ou en famille à la cérémonie. Des parkings pour vélos et automobiles surveillés ont été organisés...Les médias, dont le Coq bugiste et les Allobroges joueront un rôle important sur l'organisation de la souscription publique et l'organisation de cette journée. Ici, 75 ans après, nous tous devant la stèle nous célébrons le souvenir."

Le journaliste de terminer en précisant que “Beaucoup de collectivités de l’Ain, mais aussi d’autres communes et de nombreux particuliers, se sont sentis concernés par la perpétuation du souvenir des enfants et de leurs éducateurs assassinés. « La mémoire, ce n’est pas un acte de repentance perpétuel, c’est affronter le passé sans courber la tête, comme l’a écrit Paul Ricœur. La mobilisation d’un territoire autour de la maison pour la première commémoration, cela signifie un acte positif », affirme le directeur du mémorial.”

De noter que sur les 44 enfants arrêtés le 6 avril au matin 10 étaient nés ou avaient vécu en Belgique avant la guerre : Hans Ament (Anvers), Nina Aronowicz (Schaerbeek, Bruxelles), Albert Bulka (Liège), Marcel Bulka (Liège), Lucienne Friedler (Anvers), Marcel Mermelstein (Anvers), Paula Mermelstein (Anvers), Herman Tetelbaum (Anvers), Max Tetelbaum (Anvers), et Emile Zuckerberg (Anvers) (plus de détails https://www.bertrandwert.eu/.../lexposition-de-la-maison...).

Une diversité des origines rappelée par Thierry Philip, Président de l'association de la Maison d'Izieu : "Ici sont passés une centaine d'enfants juifs qui venaient de tous les pays d'Europe et d'Afrique du Nord, l'histoire d'Izieu c'est une histoire européenne, et ici avec l'institutrice Gabrielle Perrier-Tardy, notre éducation nationale fabriquait des citoyens français dans le respect de notre histoire, de nos valeurs. L'éducation et l'histoire sont au cœur des actions de ce mémorial."

Félicitations à l’équipe du mémorial qui se donne sa compter, à son Président Thierry Philip, son directeur Dominique Vidaud, ainsi qu’au Maire d’Izieu Denis Martin-barbaz, mais aussi aux anciens enfants Roger Wolman, Samuel Pintel, Helene Waysenson tes frères ; et aux amis, administrateurs et membres de l’association Hélène Waysbord-Loing, Simon Pinntburg, Tal Bruttmann, Alain Jakubowicz, Charles-franck Levy, Viviane Eskenazi, Abraham Bengio, Laurence Collet-Roth, Arthur Dreyfuss, Yan Fahlbusch, Evelyne Haguenauer and all.

Pour retrouver le très bel article du Monde : https://www.lemonde.fr/.../rafle-des-enfants-juifs-la... et l'intégralité de la commémoration en video


À l'affiche
Posts récents
Me suivre sur
  • Facebook Long Shadow
  • Twitter Long Shadow
  • YouTube Long Shadow
  • Instagram Long Shadow
Mes blogs préférés
Par tags